Centre d'Analyse des Politiques Economiques et Sociales   Contact  |  Plan 
 

Présentation

CAPES PHASE II

Après une première phase de quatre ans, le CAPES s’est imposé dans le paysage institutionnel burkinabè comme un centre de référence en matière de renforcement des capacités et le point focal pour l’analyse et l’évaluation des politiques économiques et sociales au Burkina Faso.

Aussi, le but de la deuxième phase vise essentiellement à renforcer les capacités institutionnelles du Centre et consolider ses acquis pour une maturation dans l’excellence qui s’inscrive dans la durée ; c’est en cela que le CAPES sera à même d’appuyer efficacement et de renforcer les capacités du Gouvernement burkinabè dans ses efforts de développement et de lutte contre la pauvreté, en partenariat avec les différents acteurs tels que la communauté des bailleurs de fonds, le secteur privé et la société civile.

I. PRÉSENTATION DU PROJET

1.1 Objectifs et stratégies

Les objectifs du CAPES à la Phase II sont :

o Renforcer ses capacités institutionnelles afin de bien remplir sa mission ; o Aider à la conception et à l’analyse des grandes lignes de la politique économique et sociale à moyen et long terme à travers les études et autres travaux de recherche ; o Organiser des formations en matière de gestion et d’analyse des politiques économiques en général et dans les domaines des études prospectives en particulier ; o Améliorer la disponibilité et la qualité des informations, et faciliter les échanges d’expériences par l’établissement de liens avec les autres centres et structures similaires ; o Animer le réseau d’experts en analyses prospectives et de politiques économiques et sociales, dans le cadre du projet de gestion des connaissances au Burkina ; o Développer des partenariats stratégiques avec des institutions et structures intéressées par le renforcement des capacités, à l’effet d’engager des études et des formations conjointes.

Pour atteindre ces objectifs, le CAPES mettra en place les stratégies suivantes :

o Renforcer ses capacités institutionnelles et humaines en tant que centre d’analyse ; o Enrichir le champ de ses travaux (analyses de politiques, formations, gestion de connaissance et réseau des experts) et les cadrer avec les priorités du pays en matière de développement afin de suivre et d’évaluer leur impact ; o Etendre ses efforts d’intervention et diffuser ses résultats en direction des différents acteurs.

1.2 Les composantes du projet, les activités programmées et les résultats attendus

La deuxième phase du CAPES comportera les composantes et résultats attendus suivants :

A. Renforcement institutionnel

Afin de jouer son rôle de point focal en matière de renforcement des capacités, le CAPES renforcera ses capacités institutionnelles à travers l’acquisition d’équipement, le renforcement de l’équipe en personnel additionnel (recrutement d’experts juniors notamment) et l’organisation de formations ciblées au profit du personnel. L’organigramme du CAPES sera adapté aux nouvelles tâches que le Centre sera appelé à exécuter durant la deuxième phase.

B. Études thématiques et production d’analyses

Le CAPES réalisera surtout des études à orientation pragmatique afin de mieux éclairer les décideurs en matière de formulation et de mise en œuvre des politiques. Pour un souci de complémentarité et de synergie d’action, le CAPES continuera à impliquer les autres centres de recherche tels que le CEDRES, le CNRST et l’Université de Ouagadougou.

Durant la deuxième phase, le Centre fera beaucoup usage des consultants nationaux, après la consolidation du fichier des experts.

L’une des activités principales qui seront menées sous cette rubrique est l’élaboration et le suivi de l’application d’un plan national de renforcement des capacités.

Les études à réaliser, auxquelles pourront s’ajouter d’autres sollicitées par les différents acteurs, incluent :

- L’étude sur la monnaie ;
- L’étude prospective, croissance et exportations ;
- L’étude prospective sur l’énergie ;
- Les savoirs locaux ;
- Communication et développement ;
- Burkina Faso minier 2025 ;
- Décentralisation et régionalisation ;
- Assistance technique et renforcement des capacités ;
- Indicateurs de performance en matière de renforcement des capacités.

C. Formations

Ces formations intéresseront le personnel du CAPES mais surtout les cadres venant de la Présidence du Faso, du Premier Ministère et de ministères clés, du secteur privé, de la société civile et des collectivités locales.

Sans être exhaustif, les modules de formation au cours de la deuxième phase incluent :

  • Formation en outils d’analyse de la pauvreté ;
  • Formation en méthode CENA ;
  • Formation en analyse des politiques économiques ;
  • Formation en prospective économique ;
  • Formation en gestion de l’économie locale ;
  • Formation en suivi-évaluation de projets, ;
  • Etc.

D. Documentation

Elle concerne notamment la base de données et la documentation, et les publications de périodiques.

La base de données et la documentation se composent des actions suivantes :

  • Exécution du plan de communication du CAPES ;
  • Gestion de la base de données CENA ;
  • Animation d’un site Internet CAPES ;
  • Développement d’un fonds documentaire.

S’agissant des publications de périodiques, cela concerne :

  • CAPES Infos, un bulletin trimestriel ;
  • Série Documents de travail ;
  • Présentation simplifiée du budget de l’Etat ;
  • Production d’un rapport annuel du CAPES.

E. Animation d’un réseau d’experts

Sous cette rubrique, il est envisagé l’animation et l’appui au réseau pour l’élaboration et la mise en oeuvre d’un plan d’action.

Le réseau des experts sera géré en parfaite harmonie avec le nouveau projet appelé Réseau de Gestion des Connaissances au Burkina (RGC-B) logé au CAPES.

F. Relations de partenariat

Les relations de partenariat initiées par la Direction du CAPES à la phase initiale du projet vont s’intensifier et se diversifier à la phase II ; elles sont consignées comme un objectif à part entière et cela permettra au Centre non seulement de conduire des activités conjointes qui collent aux besoins des utilisateurs, mais surtout de mobiliser des ressources auprès de bailleurs potentiels en guise de co-financement, ceci en conformité avec la philosophie d’intervention de l’ACBF, principal bailleur de fonds du CAPES.

C’est ainsi que les PTF potentiels et les structures jugées concernées par la problématique du renforcement des capacités au Burkina Faso seront approchés en vue de négocier de façon formelle des partenariats dans le domaine des études (comprenant éventuellement la rédaction de notes de conjoncture à leur demande) et des formations notamment.

Les institutions avec lesquelles le CAPES travaillera incluent, entre autres, les structures universitaires et de la recherche au Burkina, le PRGE, le CEDO, l’IPD-AOS, l’ALG, la Maison de l’Entreprise, le PARECAP (un projet ACBF), l’Institut de la Banque mondiale, MIMAP à travers le CRDI, l’OCDE, le PNUD, l’Union Européenne, le Centre européen de gestion des politiques de développement (ECDPM) de Maastricht, etc.

II. ORGANISATION ET GESTION

La Direction du Centre poursuivra, avec l’appui de son Conseil d’orientation, ses activités récurrentes de coordination et de gestion, de relations publiques et de mobilisation de ressources. Les réunions statutaires d’adoption des programmes, budgets et rapports d’activités se tiendront régulièrement. En outre, les statuts et règlement intérieur régissant le personnel du Centre seront adoptés.

Par ailleurs, la Direction du Centre travaillera à renforcer la fluidité de la communication avec l’ACBF, principal bailleur de fonds du CAPES ; et à travers le RGC-B, la Direction établira une liaison avec le Département de gestion des connaissances et les TAP-NETs de la Fondation, ainsi qu’avec les CLKNETs d’autres pays.