Centre d'Analyse des Politiques Economiques et Sociales   Contact  |  Plan 
 

Formation

Formation sur la budgétisation sensible au genre (22 et 23 décembre 2011 - salle de réunion du capes)


Les 22 et 23 décembre 2011, s’est tenue dans la salle de conférence du Centre National des Archives du Centre d’Analyse des Politiques Economiques et Sociales (CAPES) une formation sur la budgétisation sensible au genre. Organisée par le CAPES, cette formation a regroupé une vingtaine cadres des ministères concernés (voir liste en annexe) et s’inscrit dans le cadre du programme de renforcement des capacités des acteurs pour favoriser la mise en œuvre de la Politique nationale Genre, adoptée en juillet 2009 par le Gouvernement du Burkina Faso. Placé sous la présidence du Directeur Exécutif du CAPES, la formation avait pour objectif fondamental de former les acteurs et actrices desdits ministères, en vue de permettre une meilleure intégration du genre dans l’élaboration des budgets, politiques et programmes en lien avec la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD). Le présent rapport rend compte de manière synthétique des travaux de l’atelier de formation. Durable (SCADD).

Jour 1

I- De la cérémonie d’ouverture

La cérémonie d’ouverture de l’atelier a été marquée par l’allocution de Dr Emile Basga DIALLA, Directeur exécutif du CAPES. Prenant la parole, il a d’abord souhaité la bienvenue à l’ensemble des participant(e)s et s’est ensuite réjoui de la tenue effective de la présente formation qui est une activité inscrite dans le programme d’activités 2011 du CAPES. Avant de rappeler les objectifs de cet atelier, il a déploré la persistance des inégalités de genre au Burkina Faso, en dépit des efforts notables consentis par les autorités du pays dans ce sens. Pour lui, le développement du Burkina Faso ne peut se réaliser sans la contribution différenciée des femmes et des hommes. C’est pourquoi, il est indispensable de tenir compte des besoins pratiques et les intérêts stratégiques des deux sexes, en particulier les femmes dans la planification et la conception des budgets des départements ministériels. C’est dans cette perspective que s’inscrit la présente formation qui entre dans le cadre du processus de mise en œuvre de la PNG.

II- Du déroulement des travaux

Les travaux de formation ont débuté par l’adoption du programme de la formation après un tour de table qui a permis aux participants de se présenter. La formation s’est déroulée dans une approche participative. Quatre (4) modules ont été développés par les formateurs à savoir, les concepts de genre, le lien entre la PNG, la SCADD et du Programme Présidentiel et la budgétisation sensible au genre.

Module 1 : définition des concepts de genre.

Ce module a permis de présenter un aperçu historique du genre, les principes fondamentaux du genre et les différentes perceptions du genre au Burkina Faso. La formatrice a souligné que l’adoption de la PNG, en juillet 2009, par le Gouvernement a permis de donnée en ces termes une définition consensuelle du concept genre : « le genre doit être analysé sous l’angle des inégalités et des disparités entre hommes et femmes en examinant les différentes catégories sociales dans le but d’une plus grande justice sociale et d’un développement équitable ». La Politique Nationale Genre se donne pour vision de réaliser à terme « une société débarrassée de toutes les formes d’inégalités et d’iniquités de genre et qui assure à l’ensemble de ses citoyens et citoyennes, les sécurités essentielles pour leur épanouissement social, culturel, politique et économique ».

Module 2 : les liens entre la PNG, la SCADD et le Programme Présidentiel,

La communication a permis de passer en revue les liens existant entre la Politique nationale Genre, la SCADD et le Programme présidentiel. Ces liens se présentent comme suit : • Les fondements, les objectifs et les axes

stratégiques du programme présidentiel et de la SCADD ont des liens étroits avec PNG ;

• La première et la troisième parties du programme présidentiel (consolidation de l’investissement humain, leviers de l’émergence) ;

• Le quatrième axe de la SCADD : prise en compte des priorités transversales (dont le genre) dans les politiques et programmes de développement).

Une telle prise en compte du genre dans les référentiels centraux du développement autorise à terme la transformation du Burkina Faso en pays émergent et l’instauration d’un développement durable.

Une croissance accélérée et un développement durable ne sont envisageables sans la mise en place d’institutions favorables ; c’est-à-dire d’institutions garantissant la stabilité politique, le respect des droits fondamentaux pour inciter les individus à investir et à participer à la vie économique.

Ce nouvel esprit du développement exige, pour l’atteinte des objectifs, le renforcement des capacités des acteurs et actrice en budgétisation sensible au genre.

Module 3 : la budgétisation sensible au genre,

Il s’est agit de montrer comment prendre en compte les besoins différentiés des hommes et des femmes depuis la phase de conception du projet jusqu’au suivi-évaluation, en passant par la budgétisation. Le budget est la traduction chiffrée des choix politiques d’un Etat ou d’une collectivité territoriale en actions concrètes sur une base annuelle ou pluriannuelle. L’intégration du genre dans le budget est un processus holistique à plusieurs étapes consistant à identifier et à prendre en compte les besoins spécifiques des hommes et des femmes dans le processus d’élaboration du budget, de mise en œuvre, et de suivi-évaluation.

La BSG est adossée à l’approche “droits humains“ dans la distribution des ressources et dans la constitution des recettes de l’Etat. Pour intégrer le genre dans le budget :

  • on ne doit pas se focaliser sur le budget qui est au bout de la chaîne ;
  • on ne doit pas élaborer deux budgets séparés : un pour les femmes et un pour les hommes ;
  • on ne doit pas ipso facto augmenter les enveloppes financières ;
  • on peut intégrer le genre dans le budget même si on a une enveloppe financière limitée.

Les différentes étapes qui caractérisent le budget genre sensible se présentent de la manière suivante :

Processus

• Le budget découle d’une analyse et d’une planification genre sensible qu’il doit nécessairement refléter ;

• Le budget est formulé suivant des mécanismes transparents qui encouragent la redevabilité et la bonne gouvernance ;

• Le processus de formulation et de suivi des budgets est accessible aux femmes et aux hommes dans les divers groupes d’acteurs impliqués ;

• Des mécanismes existent pour garantir une allocation équitable et pertinente du budget selon le genre.

Pertinence

• Le budget est en adéquation avec les politiques nationales genre ;

• Le budget est pertinent au regard des inégalités de genre et aux besoins des femmes et des hommes dans le contexte donné.

Modalités d’intégration

• Le genre est intégré dans le budget en tant qu’axe transversal, mais aussi à travers des activités spécifiques « égalité » si nécessaire ;

• Toutes les contributions des femmes et des hommes sont prises en compte. Les contributions souvent invisibles des femmes sont valorisées ;

• Les dépenses prévues favorisent le développement social et humain.

Affectation et ciblage

• Le budget comprend des dépenses pour l’intégration du genre dans les organisations partenaires du programme/projet (formation, outils...) ;

• Le budget comprend des dépenses pour la recherche et l’analyse de données sur le genre ;

• Le budget prévoit des activités pour le plaidoyer sur l’égalité de genre.

Bénéficiaires

• Les dépenses prévues sont équitables pour les deux sexes ;

• Le budget favorise la parité (salaire, recrutement, opportunités, formation, etc.) dans tous les domaines et équipes.

Les questions suscitées pendant la présentation des modules ont trait, pour l’essentiel, à la perception du concept genre, au changement possible des mentalités, au regard des pesanteurs socio culturelles et à la question de renforcement des capacités des acteurs et actrices en genre. Les échanges ont permis de montrer que le changement ne peut pas être immédiat, mais un processus de longue haleine. La présente formation devrait à cet effet permettre aux bénéficiaires de jouer un rôle majeur dans leur ministère et institution respectif. Ils doivent influer sur les politiques de leur département respectif, en vue d’une prise en compte effective du genre dans le processus de la planification en général et de la budgétisation en particulier.

Jour 2

Module 4 : outils d’analyse

Il s’agit, notamment des outils d’analyse des inégalités et disparités de genre en matière d’accès et de contrôle de ressources (cadre d’analyse de Harward) et du canevas d’analyse des politiques et programmes sectoriels dans la perspective d’une prise en compte systématique de l’approche genre dans les plans de développement. Cette démarche vise également à contribuer au plaidoyer pour la mobilisation des ressources et le soutien en faveur de la promotion du genre en développant un partenariat actif, et en assurant une synergie d’actions entre tous les acteurs en matière de promotion du genre. Elle vise enfin à favoriser la formulation des recommandations et des orientations en faveur de la prise en compte du genre. A la suite de la présentation des outils, des travaux groupes ont été formés pour analyser les politiques sectorielles sous l’angle de l’approche genre.

Résultats des travaux de groupe

La restitution des travaux de groupes a été l’occasion pour les représentants de trois ministères de présenter l’analyse faite à partir du canevas de Dr Nestorine Sangaré. Il s’agit du Ministère de l’Action social et de la Solidarité nationale, du Ministère de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité, et du Ministère des Ressources animales. Il se dégage de ces différentes analyses une non prise en compte de l’approche genre dans les différents documents concernés. Cependant, le document de politique du Ministère des Ressources animales intègre dans son contenu l’aspect genre.